INVENTAIRE DES PAPILLONS DU PARC NATIONAL SANGAY (EQUATEUR)

Jean-Claude Petit

Nous avons commencé l’inventaire des papillons diurnes du P.N. Sangay en janvier 2006.

Depuis le début nous publions sur ce site les informations dès que nous les obtenons, même si elles sont incomplètes, identifications notamment.

Ainsi ces informations appartiennent à tous,

Mais ainsi également nous avons besoin de votre aide, à vous qui connaissez bien les papillons d’Equateur et des Andes :
- nos données sont incomplètes, il y a de nombreux papillons que nous n’avons pas su identifier, et il est évident qu’il y a des erreurs dans notre travail, donc toutes vos remarques nous seront très utiles,
- et peut-être savez-vous où se trouvent des papillons intéressants qui auraient été chassés dans la zone du Parc? ces informations nous seraient précieuses ; merci.


et pour la Taxonomie ?

la Taxonomie poursuit en fait deux objectifs :
      - le premier, l’objectif noble, peut-être inaccessible, refléter la réalité de la Nature,
      - le second, plus prosaïque, organiser les informations pour les retrouver facilement.
mais ces deux objectifs ne sont pas compatibles,
le premier, la Recherche, se remet perpétuellement en cause, notamment à l’arrivée de nouvelles techniques d’investigation, et ne s’intéresse guère aux détails pratiques,
le second, l’organisation des informations, ne s’intéresse qu’aux aspects pratiques et déteste le changement.
D’où notre problème : mettre à jour les informations tout en gardant une structure stable (base de données).

Lorsque nous avons commencé ces sites nous avons dû prendre deux décisions, l’une quant à la structure de la base de données, l’autre quant à la Taxonomie proprement dite :
- la structure de la base – nous avons opté pour une base de données à cinq niveaux, de la Famille à l’espèce, et n’avons pris en compte ni les « Groupes de Genres » utilisés pour les Papilionidae, ni les « sous-Genres » très présents chez les Morphos, Callicores, Anaeas et autres, dans Smart 1975 ; mais aujourd'hui les « Groupes de Genres" réapparaissent sous le nom de "sous-Tribus".
- la Taxonomie proprement dite – nous avons choisi de ne pas utiliser la Méga Famille Nymphalidae qui regroupe huit Familles pre-existantes, parce que :  
                - cette Méga Famille n’est absolument pas pratique pour un inventaire avec ses sous-Familles qui vont de quatre espèces
                  à plusieurs milliers, et ses Tribus énormes qui obligent soit à créer des sous-Tribus, soit à revenir à l’ordre alphabétique.
                - et les anciennes Familles ont l’avantage d’être compatibles avec les Encyclopédies existantes de Seitz à d’Abrera,
                  sans oublier Lewis et Smart.

Nous ne reviendrons pas en arrière sur ces deux décisions, mais nous actualisons nos données dès que des révisions et mises à jour sont disponibles.

Par ailleurs, pour ceux d’entre vous qui utilisent ce site pour identifier des spécimens, nous avons ajouté une fonction « vignettes » qui devrait vous rendre service ; vous pouvez visualiser l’ensemble des espèces d’une catégorie (depuis la « Famille » jusqu’au « Genre »), et vous pouvez choisir :
mâles et/ou femelles, et également recto et/ou verso
Nous attendons votre réaction.
 
 


Je tiens à exprimer ma reconnaissance, pour toute l'aide qu'ils m'ont apportée dans la connaissance des groupes difficiles et pour l'identification des spécimens, à:
- Maurizio Bollino, pour les Papilionidae et les Pieridae, et particulièrement pour les Catasticta et les Leodonta sur lesquels il travaille actuellement,
- Pierre Boyer, l'un des tous meilleurs connaisseurs des papillons des Andes, et remarquable sur le terrain,
- Ernst Brockmann pour les Hesperiidae, et plus particulièrement les Pyrrhopygini, les Eudaminae et les Dalla,
- Robert Busby et Christophe Faynel pour les Lycaenidae autre famille incroyablement complexe,
- Bernard Hermier qui a passé des centaines d'heures à nous aider pour les Hesperiidae groupe extrêmement difficile, et pour lequel il existe très peu de documentation,
- Tomasz Pyrcz, Uniwersytet Jagielloński, Kraków, Polska, pour les Pronophilini, groupe compliqué, et très présent dans le Sangay, et dont il est le spécialiste mondial
- Fabio Vitale, pour les Heliconiidae et surtout les Ithomiidae, autre groupe extrêmement difficile,
- et Keith R Willmott, qui va prochainement publier un livre sur les Papillons de l'Equateur, et qui me fait profiter de son savoir étonnant sur les papillons de ce pays.
 
plus récemment Andree Salk nous a rejoints et nous apporte une aide précieuse sur les Riodinidae, famille pour laquelle nous étions très démunis.




Jean-Claude Petit

e.mail: rhopal@orange.fr
Retour en haut de page